Collégiale Saint-Pierre de Gerberoy 

Association loi 1901 

Courrier : 10 rue du Chateau 60380 GERBEROY 

Courriel   : collegiale.gerberoy@orange.fr 

Site : assoc-collegiale-saint-pierre-de-gerberoy.fr 

Hauteur voûte 10.50 m. 

Longueur totale collégiale 36 m. 

Son mobilier 

Les stalles des hanoines sont des XV et XVIièmes siècles

 

Mécanisme de l’ancienne horloge de la Collégiale Saint-Pierre de Gerberoy  

placé à l’origine dans le clocher, mis en service de 1847 à 1962 

fabriqué par : Auguste Vérité* 

 

Auguste-Lucien Vérité* (horloger du Roy (21 octobre 1806 à Beauvais - 19 juillet 1887)  

 qui fut un illustre horloger français, de Beauvais en Picardie. 

Il a fabriqué notamment deux exceptionnelles horloges astronomiques :  

- L'Horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean de Besançon est une horloge astronomique considérée comme un chef-d'œuvre du genre, construite par Auguste-Lucien Vérité au XIXe siècle.  

- L'horloge astronomique de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais  

(Oise,Hts de France), est considérée comme un chef-d'œuvre du genre, construite par Auguste-Lucien Vérité au XIXe siècle. 

  

Elle fait suite à l'horloge astronomique de Constant Flavien Bernardin, construite vers 1850-1855, au fonctionnement compliqué et défectueux, disparue (ou intégrée dans celle de Vérité) vers 1860. 

  

Maison du Roy à Beauvais l’an 1847 

Maire de Gerberoy - Monsieur Meteil 

  

*Source  Wikipédia 

                                               LE BANC d’OEUVRE

C’est un banc réservé aux membres du Conseil de Fabrique d'une paroisse. Caractérisé par l'importance de sa taille et de son décor, le banc d'œuvre est situé le plus souvent face à la chaire à prêcher.

Le Conseil de Fabrique au sein d’une communauté paroissiale catholique désigne un ensemble de décideurs (clercs [Curé, Chanoines] et laïques *** [marguilliers, bedeau, chantre, …]) pour assurer la responsabilité de l’entretien des édifices religieux (soit à Gerberoy : l’église collégiale Pierre et Paul et l’église Saint Jean, ainsi que 3 à 5 calvaires selon les époques) et du mobilier de la paroisse (luminaires, ornements, argenterie, …).

Les revenus de la fabrique provenaient des quêtes et offrandes. Mais pas seulement : la location des places des bancs dans l’église, était aussi un revenu régulier perçu annuellement à date fixe.
*** la loi du 26 messidor de l’an X accorde au maire une place dans le banc d'oeuvre de la fabrique.

LE BANC d’OEUVRE